« Les conférences de Jan Turek » par Laure Salanova (Préhistoire et Technologie – UMR 7055)

Dr. Jan Turek, enseignant à l’Université de Hradec Kralové (République Tchèque), est un invité régulier de la Maison Archéologie & Ethnologie depuis 2012, année où nous avons engagé avec le service des relations internationales de l’Université de Paris Ouest Nanterre un programme bilatéral d’échange Teaching Erasmus.

Spécialiste du Chalcolithique d’Europe centrale (cultures Cordé et Campaniforme, 3e millénaire avant J.-C.), en particulier des pratiques funéraires, Jan Turek était déjà venu présenter en juin 2012 deux conférences en lien avec le 9e colloque de la MAE Richesse et sociétés. Cette année, les deux conférences présentées le vendredi 18 octobre 2013 ont porté d’une part sur l’utilisation politique des vestiges archéologiques et l’évolution des législations de protection du patrimoine à travers l’histoire, et d’autre part sur les phénomènes de diffusion à large échelle de nouvelles pratiques sociales durant la Préhistoire.

Conférence 1 : politiques de sauvegarde du patrimoine

Jusque récemment, Jan Turek a occupé un poste à l’Institute of Archaeological Heritage of Central Bohemia. La protection du patrimoine est donc un domaine qu’il connaît bien. La conférence qu’il a présentée a exploré deux volets : la situation du patrimoine archéologique lors des différents conflits armés qui ont ponctué l’histoire ; la législation et son évolution ces dernières décennies en République Tchèque.

Les monuments et les musées sont menacés en temps de guerre. Les exemples de vols et de destructions de biens culturels sont légion depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Les motifs idéologiques, politiques ou religieux ont souvent été mis en avant pour justifier ces dégradations. Un bon nombre aboutit malgré tout à enrichir les collections privées. La convention de La Haye, ratifiée par de nombreux pays en mai 1954, marque une rupture dans cette histoire, puisqu’elle représente le premier traité relatif à la protection des biens culturels en cas de conflits armés. Des évènements récents en Asie et en Afrique montrent néanmoins toute la difficulté de faire respecter cette convention, d’autant que plusieurs pays, et non les moindre, ne l’ont toujours pas ratifiée. C’est de cette inquiétude pour l’avenir du patrimoine archéologique qu’est née l’organisation Blue Schield (http://www.ancbs.org/cms/), qui coordonne différentes activités à l’échelle internationale pour prévenir et dénoncer les vols et dégradations de biens patrimoniaux.

En Europe centrale, la protection du patrimoine n’a été prise en compte que tardivement par les gouvernements. La première législation tchécoslovaque ne date par exemple que de 1982. Auparavant, le régime soviétique n’a pas hésité à raser des villes entières, comme celle de Most, une des plus anciennes cités de Bohême, pour faire place à de grands complexes miniers.

Les années 1990 voient un peu partout en Europe le développement de l’archéologie préventive. La République tchèque se dote alors de structures institutionnelles pour faire face à cet essor. Dans ce pays, l’effectif des archéologues a été multiplié par trois en 20 ans. Des 666 archéologues actuellement professionnels, 80% sont employés par les différentes structures qui gèrent la sauvegarde du patrimoine. Si on ne peut que se féliciter de la professionnalisation de la discipline, les dérives du système sont aujourd’hui connues : des fouilles à la chaîne, ce que Jan Turek nomme « la routine », prescrites sans autre alternative, comme la protection des sites in situ par exemple ; une absence de programmation et de réflexions collectives sur les problématiques scientifiques liées à ces fouilles.

Les questions que soulève Jan Turek à travers cette conférence sur l’avenir de l’archéologie dans son pays font échos aux interrogations de nombreux collègues à l’échelle de l’Europe, et en France tout particulièrement : comment coordonner les différentes structures qui gèrent actuellement les fouilles archéologiques au quotidien (instituts nationaux, entreprises privées, organisations à but non lucratif) ? Quelle cohérence, notamment scientifique, donner à ces opérations de sauvegarde du patrimoine ? Comment orienter ces opérations en amont pour qu’elles tiennent compte des acquis de ces dernières décennies et des recherches fondamentales en cours ? Quel avenir pour les salariés de l’archéologie préventive avec la baisse notable des activités d’aménagement depuis la crise financière de 2008 ? Autant de questions partagées qui mériteraient sans aucun doute des débats à une échelle plus large que celle des traditionnels cadres nationaux.


Conférence 2 : migration ou acculturation ? Le phénomène campaniforme

La deuxième conférence présentée par Jan Turek constitue le cœur même de ses recherches et des projets que nous menons ensemble sur le Campaniforme en Europe.

Vers 2500 avant J.-C., des pratiques funéraires très codifiées, assorties d’un mobilier standardisé, apparaissent dans toute l’Europe et en Afrique du Nord. Longtemps perçu comme le témoignage de la migration d’un peuple guerrier à l’échelle de l’Europe, le Campaniforme, nommé ainsi en raison des vases en forme de cloche caractéristiques de cette culture, ne semble pourtant pas être l’apanage d’un groupe ethnique particulier. Les résultats des analyses technologiques et archéométriques réalisées depuis 20 ans sur le mobilier, et notamment sur la céramique, ont bien montré l’existence de différentes traditions techniques malgré l’homogénéité stylistique des productions. Ces traditions sont d’ailleurs, dans certaines régions, en totale continuité avec les périodes précédentes, voire suivantes. Les analyses bioanthropologiques ont confirmé ces résultats. Il n’y a pas de ruptures majeures dans les populations.

Le Campaniforme semble donc devoir davantage être interprété comme l’avènement de nouvelles normes sociales, acceptées par des communautés qui formaient auparavant des entités culturelles clairement distinguables sur la base des vestiges archéologiques. Jan Turek compare ce phénomène à l’architecture gothique, dont la diffusion en Europe à partir du XIIe siècle transmettra non seulement de nouvelles techniques de construction, mais également de nouvelles normes esthétiques, un nouveau mode de représentation de l’espace, avec des développements régionaux très contrastés.

Ce qui reste étonnant pour un phénomène aussi ancien que le Campaniforme, c’est son extraordinaire extension géographique. Les sites les plus caractéristiques sont concentrés de la façade atlantique de l’Europe à la Bohême-Moravie et les Pays-Bas. Les régions en périphérie de cette zone ont malgré tout adopté quelques éléments. Style céramique d’obédience campaniforme ou objets d’armement se retrouvent en effet au Maghreb, dans les îles de Méditerranée centrale, sur les côtés de l’Adriatique et de la Baltique, en Serbie et en Pologne. Même si le mobilier attribuable au Campaniforme y est moins fréquent, Jan Turek propose de rattacher ces régions à la même sphère idéologique que celle alors en vigueur en Europe atlantique et continentale. Cette idée est intéressante, car elle montre combien il est important, surtout pour les périodes qui n’ont laissé aucune trace écrite, de dissocier normes idéologiques et sociales de leur transcription matérielle et de rechercher, au-delà des variations typologiques et techniques, les systèmes qui régissent les sociétés du passé.

Les normes véhiculées par le Campaniforme ont été rattachées dans les années 1980 aux rituels de boisson par des chercheurs allemands (E. Sangmeister) et anglais (A. Sherratt), en raison de gobelets déposés dans les tombes et des services céramiques connus plus particulièrement dans les cimetières d’Europe centrale. Jan Turek revient sur les plus anciennes représentations connues sur les bas-reliefs égyptiens, montrant les procédés de fabrication et de consommation de bières lors d’événements sociaux et religieux. Bien que les techniques d’analyse chimique des vases soient actuellement inopérantes pour prouver l’existence de boissons alcoolisées au temps de la Préhistoire, les assemblages céramiques du Chalcolithique d’Europe centrale comportent des gobelets de toutes les tailles que l’on peut facilement imaginer avoir servi à cet effet. Les exemples les plus convaincants remontent à la culture de Baden au IVe millénaire avant J.-C. Souvent associées à des productions parfaitement réalisées sur le plan technique, surfaces polies ou soigneusement décorées, ces catégories de vases à boire pourraient témoigner selon Jan Turek de l’apparition de fêtes cérémonielles liées à la boisson, sorte de standard social qui marquerait l’émergence d’une identité collective.


Laure SALANOVA est directrice de recherche au CNRS (UMR 7055 – Préhistoire et Technologie)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *