L’écriture cunéiforme, première écriture dans l’histoire de l’humanité

À l’école des scribes

Par Cécile Michel, directrice de recherche au laboratoire ArScAn

(Article publié dans la Lettre de l’INSHS du CNRS – septembre 2013)

Présenté lors du salon Innovatives SHS de mai dernier, le projet a pour but de faire découvrir l’écriture cunéiforme, la première écriture de l’histoire de l’humanité : son adaptation à des langues de familles différentes et son importance, jusqu’en Egypte, pour les échanges diplomatiques internationaux (au milieu du IIe millénaire avant J.-C.). Grâce à son support, l’argile, elle a préservé jusqu’à nous les premiers récits mythologiques, épopées, poèmes et proverbes, recueils de lois, précis médicaux, observations astronomiques, séries de problèmes mathématiques et d’équations, ainsi que les plus anciens contrats et lettres. Sur le modèle des écoles de Babylonie du XVIIIe siècle avant J.-C., une école de scribes permet au public de se familiariser avec cette écriture dont les signes sont imprimés dans l’argile fraîche : selon les méthodes d’enseignement d’il y a 4 000 ans, les participants sont invités à écrire de petits textes en écriture cunéiforme syllabique à l’aide d’un stylet en bois sur des tablettes et à calculer, en base 60, produits, inverses et carrés ; ce système sexagésimal a été conservé jusqu’à nos jours pour la mesure du temps et des angles.

Carte du Proche-Orient ancien avec la répartition des tablettes cunéiformes exhumées à ce jour. Carte réalisée par M. Sauvage et X. Faivre.
Carte du Proche-Orient ancien avec la répartition des tablettes cunéiformes exhumées à ce jour.
Carte réalisée par M. Sauvage et X. Faivre.

Une écriture, plusieurs langues

L’écriture cunéiforme, inventée vers 3400 av. J.-C., a été utilisée pendant plus de trois millénaires, jusqu’au Ier siècle après J.-C., sur une très vaste aire géographique allant de la mer Méditerranée au Golfe arabo-persique et de l’Anatolie à l’Égypte. Elle a servi à noter une quinzaine de langues selon trois systèmes différents : idéographique, syllabique et alphabétique.
Dans la seconde moitié du IVe millénaire, la langue sumérienne est notée par des signes ayant parfois une forme imagée, avec une valeur d’idéogramme (chaque objet ou idée est noté par un signe). Les signes sont alors dessinés dans l’argile fraîche à l’aide d’un stylet en roseau taillé en pointe. Mais rapidement ces premiers signes évoluent vers une forme plus anguleuse, formée par impression d’un stylet à section carrée ou triangulaire dans l’argile; les signes sont alors composés de “clous” et de “coins” combinés entre eux, d’où le nom d’écriture « cunéiforme ».

Les signes idéographiques des Sumériens sont empruntés, à partir du IIIe millénaire, par les Akkadiens pour noter leur langue sémitique. Désormais, seule la valeur phonétique est
retenue. Les mots sont notés par la succession des syllabes qui les composent.
Ce système d’écriture utilise moins de signes qu’un système idéographique comme celui du sumérien : environ 200 signes suffisent pour écrire l’akkadien. Toutefois, certains idéogrammes sumériens sont conservés, d’autres servent à préciser la catégorie à laquelle appartient un mot. Le même système est par la suite utilisé pour écrire des langues appartenant à des familles différentes : hourrite, élamite, hittite et ourartéen.
Deux langues ont eu recours à une écriture alphabétique cunéiforme : l’ougaritique au XIIIe siècle et le vieux-perse du vie au IVe siècle avant J.-C.

Une histoire récente, des sources abondantes

La diversité des langues ayant été notées par cette écriture et l’existence de plusieurs systèmes d’écriture cunéiforme expliquent son déchiffrement relativement tardif. On avait tout oublié de la civilisation mésopotamienne, mais à la fin du XVIIIe siècle, le mathématicien danois C. Niebuhr compte les signes des inscriptions qu’il a recopiées en Perse. Il constate sur certains textes l’existence de trois systèmes d’écritures qui utilisent un nombre variable de signes, et suppose que le plus simple, comportant une quarantaine de caractères, est un alphabet.

Au début du XIXe siècle, l’allemand G. Grotefend identifie les titulatures des rois perses. La version alphabétique en vieux perse est déchiffrée au milieu du XIXe siècle. À la même époque, les fouilles françaises et anglaises des grandes capitales assyriennes, dont Ninive, livrent de nombreuses tablettes cunéiformes qui utilisent une écriture identique à l’une des deux qui restent à décoder sur les trilingues de Perse, langue appelée plus tard « akkadien ».
Son déchiffrement résulte des efforts de plusieurs savants qui établissent la valeur syllabique des signes. En 1857, la Royal Asiatic Society de Londres confie une copie d’inscription du roi Tiglath-phalazar Ier aux britanniques E. Hincks, H. C. Rawlinson et W. H. F. Talbot et au français J. Oppert. Les traductions concordent et la commission estime que l’akkadien est compris.
Le déchiffrement de l’akkadien permet celui d’autres langues : certains signes cunéiformes correspondent à des idéogrammes créés pour noter une langue plus ancienne que l’akkadien et désignée par J. Oppert comme « sumérien ». Cette langue, qui n’appartient à aucune famille linguistique connue, est déchiffrée au début du XXe siècle grâce à des tablettes bilingues.
En 2007, l’équipe Histoire et Archéologie de l’Orient Cunéiforme du laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn, UMR 7041) a organisé une exposition pour célébrer le 150e anniversaire du déchiffrement de l’akkadien.

B. Lion et C. Michel, Les écritures cunéiformes et leur déchiffrement, Paris, 2008. Traduit en néerlandais (2009), russe (2010), polonais (2011), arabe (2011), portugais (du Brésil, 2011), italien (2012), japonais (2012).
B. Lion et C. Michel, Les écritures cunéiformes et leur déchiffrement, Paris, 2008. Traduit en néerlandais (2009), russe (2010), polonais (2011), arabe (2011), portugais (du Brésil, 2011), italien (2012), japonais (2012).

L’ouvrage qui en est issu présente les différentes étapes des déchiffrements des écritures cunéiformes, ainsi que leur fonctionnement. Ce livre, publié avec l’aide de la Fondation La Poste, est désormais traduit en sept langues (néerlandais, russe, polonais, portugais du Brésil, arabe, italien, japonais), d’autres traductions sont en cours (allemand, turc, hébreu, espagnol…). L’exposition traduite en arabe a été exposée fin 2011 au musée de Bagdad qui a rouvert ses portes pour l’occasion.
Le principal support de l’écriture cunéiforme est la tablette d’argile crue séchée au soleil, matériau minéral qui se conserve bien, contrairement aux papyrus et parchemins. Dans certains sites détruits par le feu, la cuisson des tablettes a été assurée pour la plus grande joie des assyriologues.
C’est pourquoi nous disposons d’une documentation particulièrement abondante, estimée à près d’un million de tablettes. Environ la moitié reste encore à déchiffrer.
Plusieurs sites du Proche-Orient ont livré d’abondantes archives privées, surtout des lettres et des contrats. Les palais et les temples conservaient des documents administratifs, de la correspondance et des accords internationaux et, classés dans des bibliothèques, divers textes littéraires et savants.

Ecrire en cunéiforme sur de l’argile : genèse du projet

Aujourd’hui, les assyriologues ne s’intéressent plus uniquement au contenu des textes mais aussi à leur support, à leur disposition sur la tablette, à l’agencement des clous… autant d’indices qui permettent d’en savoir plus sur le type de texte et la formation du scribe. S’inspirant de l’archéologie expérimentale qui cherche à reproduire les procédés techniques mis en oeuvre dans divers artisanats, quelques assyriologues s’exercent à écrire en cunéiforme pour évaluer le niveau de complexité de cette écriture, et par là même son accessibilité.
Les premiers essais eurent lieu à la fin des années 1990, simultanément en milieu scolaire et dans des manifestations grand public. Des ateliers avaient pour thèmes l’invention de l’écriture et les premiers récits mythologiques pour les élèves de maternelle, le fonctionnement de la première écriture et ses usages pour ceux de primaire. À des enfants apprenant à lire et écrire, il s’agissait de faire découvrir l’existence d’autres écritures. En 1998, lors des premiers Rendez-vous de l’Histoire à Blois, les visiteurs adultes du stand sur la Mésopotamie pouvaient repartir avec une tablette d’argile transcrivant leur prénom en signes cunéiformes. Les matériaux de base étaient plus que simples : de l’argile auto-durcissante et des baguettes chinoises à section carrée. En guise de modèle, les scribes en herbe s’inspiraient de représentations de paires de scribes sur les reliefs et fresques du Ier millénaire, l’un tenant un stylet et une tablette d’argile pour écrire l’akkadien en signes cunéiformes, l’autre écrivant à l’encre sur du papyrus en alphabet araméen. Il fut assez facile de retrouver les gestes des scribes antiques : il suffit d’imprimer un angle de la baguette, puis de la rabattre pour imprimer la tige du clou.

Tablettes cunéiformes et objets inscrits de la seconde moitié du ive millénaire au milieu du Ier millénaire. Le dessin central représente deux scribes, l’un écrit sur une tablette d’argile, l’autre à l’encre sur papyrus. Musée du Louvre (Paris) et Anadolu Medeniyetleri Müzesi (Ankara) Photographies : Martine Esline et Cécile Michel. Dessin : Xavier Faivre.
Tablettes cunéiformes et objets inscrits de la seconde moitié du IVe millénaire au milieu du Ier millénaire. Le dessin central représente deux scribes, l’un écrit sur une tablette d’argile, l’autre à l’encre sur papyrus. Musée du Louvre (Paris) et Anadolu Medeniyetleri Müzesi (Ankara). Photographies : Martine Esline et Cécile Michel. Dessin : Xavier Faivre.

La pratique de l’écriture cunéiforme sur argile permet de répondre à de nombreuses questions que se posent les assyriologues ; elle est pourtant encore peu pratiquée de nos jours. Lors de la 58e Rencontre Assyriologique Internationale qui s’est tenu à Leyde en juillet 2012, un atelier organisé avec Christine Proust (directrice de recherche au Laboratoire SPHERE) à l’attention des assyriologues, dans le cadre d’une session destinée à valoriser la discipline auprès du large public, a connu un vif succès.
La naissance de l’écriture et la Mésopotamie faisant l’objet d’une leçon au programme d’histoire en classe de 6e, l’assyriologue donne occasionnellement aux élèves un aperçu de la richesse de la civilisation mésopotamienne. Les professeurs de grec et latin sollicitent aussi des interventions dans leur classe pour répondre à la question récurrente de leurs élèves : à quoi sert l’apprentissage des langues mortes ? Les réponses sont multiples : déchiffrer et traduire les textes laissés par les anciens afin de reconstituer leur histoire… qui est aussi la nôtre ; comprendre le fonctionnement de nos langues qui sont les héritières de certaines langues antiques (apprendre des langues à déclinaison permet de mieux comprendre la grammaire française) ; le latin et le grec sont très utiles pour les biologistes, chimistes, géologues et médecins dont le vocabulaire technique est construit sur des mots grecs ou latins…
Au lycée, les Travaux Pratiques Encadrés (TPE) peuvent faire intervenir mathématiques et histoire. Des élèves ont ainsi eu la possibilité de travailler sur une tablette cunéiforme du XVIIIe siècle avant J.-C. donnant une liste des triplets pythagoriciens. Après avoir déchiffré et traduit le texte (une succession de nombres en base sexagésimale), les lycéens en ont expliqué le sens, présenté le contexte et ont exécuté une réplique en argile… à s’y tromper ! Parallèlement à ces interventions en milieu scolaire (et universitaires pour les étudiants apprenant l’akkadien), diverses animations ont été assurées avec Brigitte Lion (professeur à l’université Charles-de-Gaulle Lille 3), pour des adultes dans le cadre de manifestations liées aux écritures, parfois en compagnie d’autres collègues ou artistes spécialistes d’autres écritures. La 2e Biennale de l’écriture à Saint-Romain-le-Puy en 2009 fut l’occasion d’une rencontre avec Mohammed Salih, calligraphe irakien, avec lequel plusieurs projets sur les écritures d’Irak ont été envisagés.


Mohammed Salih le calligraphe par Yolkar

Ecrire en caractères cunéiformes sur une tablette d’argile. Façonner une tablette scolaire ronde. Écrire des clous verticaux, horizontaux et des chevrons. Notation des nombres en système sexagésimal avec une sous base décimale (1 à 10, 20, 30, 40, 50, 60 ; notation positionnelle pour écrire 11 et 70). Apprendre à écrire les syllabes : tu-ta-ti, bu-ba-bi. Dresser la table de multiplication par 15 en base 60.
Ecrire en caractères cunéiformes sur une tablette d’argile. Façonner une tablette scolaire ronde. Écrire des clous verticaux, horizontaux et des chevrons. Notation des nombres en système sexagésimal avec une sous base décimale (1 à 10, 20, 30, 40, 50, 60 ; notation positionnelle pour écrire 11 et 70). Apprendre à écrire les syllabes : tu-ta-ti, bu-ba-bi. Dresser la table de multiplication par 15 en base 60.

Une école de scribes

Depuis une quinzaine d’années, les interventions en milieu scolaire se sont structurées. Des animations ont été organisées dans les communes et les institutions qui ont accueilli l’exposition sur les écritures cunéiformes. En 2007, la Maison Archéologie & Ethnologie (MAE) a accueilli les manifestations célébrant le 150anniversaire du déchiffrement de l’akkadien dans le cadre de la Fête de la Science. Depuis 2008, le Village des sciences aux Grands Moulins (Paris 7) accueille chaque automne une école de scribes organisée avec Christine Proust. Les élèves sont invités à suivre le cursus des jeunes scribes du début du IIe millénaire av. J.-C. qui allaient à l’école pour apprendre à lire et écrire le babylonien, dialecte de l’akkadien, le sumérien, langue morte utilisée dans la culture écrite, et les mathématiques. Des textes scolaires découverts à Nippur ont permis de reconstituer ce cursus.
Les élèves apprenaient par coeur de longues listes dans l’ordre suivant : listes de signes élémentaires, syllabaires, vocabulaires thématiques, listes de signes élaborés, proverbes, modèles de contrats. Les apprentis scribes mémorisaient aussi les systèmes d’écriture des mesures (capacité, poids, surface et longueur) et des nombres (sexagésimaux positionnels), ainsi que des tables numériques (inverses, multiplications, carrés…) ; puis ils s’initiaient au calcul.

Les écoles de scribes organisées aujourd’hui dans le cadre de la Fête de la Science ou dans d’autres opérations, telle Préhistoscène qui fait intervenir des chercheurs de la MAE dans les écoles primaires et collèges du 92, attirent régulièrement des classes des établissements en ZEP. Les élèves y apprennent d’abord à faire la différence entre langue et écriture : la première sert à communiquer et se définit par un vocabulaire et une syntaxe particuliers, la seconde est un code servant à noter la langue. Une même écriture peut servir à noter plusieurs langues, une même langue peut être notée dans différents systèmes d’écritures (comme le turc qui a utilisé l’alphabet arabe, puis à partir de 1928, l’alphabet latin). Les élèves qui parlent une langue étrangère à la maison sont souvent les plus prompts à proposer des exemples. Ensuite, après avoir compris le maniement de la baguette sur l’argile pour former des clous horizontaux, verticaux, ou des chevrons, signes de base pour écrire n’importe quel signe cunéiforme, les élèves disposant d’un syllabaire paléo-babylonien sont invités à transcrire leur prénom en signes cunéiformes syllabiques. Faisant abstraction de l’orthographe, ils doivent découvrir les signes aux sons les plus proches pour écrire phonétiquement leur prénom. Le syllabaire cunéiforme étant conçu pour une langue sémitique, les enfants portant des noms français ont parfois de grandes difficultés pour transcrire leur prénom avec ce système d’écriture. Il est par exemple malaisé d’écrire Françoise avec le syllabaire cunéiforme car les sons « f », « an » et « oi » n’existent pas, et un mot akkadien ne peut commencer par deux consonnes. La solution la plus proche est donc d’utiliser les syllabes wa-ra-an-su-az (à prononcer « ouaranesouaz »). En revanche, les enfants portant des noms d’origine sémitique (Salima par exemple) ont à leur disposition tous les sons nécessaires pour former leur prénom. Chacun prend ainsi conscience des obstacles que le voisin, qui parle une langue différente ou utilise une écriture différente, peut avoir à s’adapter à une nouvelle langue ou une nouvelle écriture : c’est l’apprentissage des différences et la prise de conscience de l’autre.

Ensuite, les élèves apprennent à écrire les nombres et à compter en base 60, comme les petits Babyloniens. La numération sexagésimale positionnelle était réservée aux mathématiques ; elle n’utilise que deux symboles pour exprimer tous les nombres, le clou vertical pour 1 (et pour tous les multiples de 60) et le chevron pour 10.
Ces deux symboles sont répétés autant de fois que nécessaire pour écrire tous les nombres de 1 à 59 ; il n’existe pas de signe
pour le zéro. Le principe positionnel implique que le clou vertical de chaque position vaut soixante fois plus que celui de la position précédente. Pour effectuer des multiplications en base 60, les jeunes scribes devaient apprendre des tables.

Tablette cunéiforme réalisée lors du Salon Innovatives SHS des 16 et 17 mai 2013
Tablette cunéiforme réalisée lors du Salon Innovatives SHS des 16 et 17 mai 2013 

 

 

La décomposition des « chiffres » sexagésimaux selon les dizaines et les unités permettait de réduire le nombre de ces tables. Les élèves d’aujourd’hui devant dresser une table de multiplication selon le système sexagésimal cunéiforme découvrent la facilité de l’exercice une fois qu’ils ont compris que notre mesure du temps a emprunté la base 60 aux Mésopotamiens : il suffit de regarder sa montre pour multiplier un nombre dans le système sexagésimal. Par exemple, 4 × 15 = 1 (4 × 15 min = 1 heure). Pour les plus grands, toujours en base 60, il est possible de calculer des inverses, extraire des racines carrées, calculer des surfaces et des volumes, résoudre des équations du second degré à l’aide de la géométrie… tout en s’inspirant des problèmes rédigés par les mathématiciens babyloniens.

Expliquer l’origine des outils mathématiques utilisés aujourd’hui, comme la base 60 pour la mesure des angles ou du temps, ouvre des horizons aux jeunes et leur permet d’assimiler plus facilement les notions abstraites. Pour cela, il faudrait introduire dans les programmes de l’enseignement secondaire des notions d’histoire des mathématiques ; c’est là l’un des buts du programme ERC Mathematical Sciences in the Ancient World (SAW, dir. Karine Chemla).

Médaille du CNRS récompensant, au moment de leur départ en retraite, les personnels du CNRS. Le texte en cunéiforme est un extrait du début de l’épopée de Gilgamesh (dans sa version néoassyrienne, VIIe siècle av. J.-C.) : « Celui qui a tout vu, il a contemplé ce qui était secret et découvert ce qui était caché »
Médaille du CNRS récompensant, au moment de leur départ en retraite, les personnels du CNRS. Le texte en cunéiforme est un extrait du début de l’épopée de Gilgamesh (dans sa version néoassyrienne VIIe siècle av. J.-C.) : « Celui qui a tout vu, il a contemplé ce qui était secret et découvert ce qui était caché »

Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

8 réflexions au sujet de « L’écriture cunéiforme, première écriture dans l’histoire de l’humanité »

  1. Bonjour, article très intéressant,
    je cherche un ouvrage me permettant de me familiariser avec cette écriture afin d’être capable de traduire des textes dramaturgique de ma création, ceci dans le cadre d’un projet artistique.
    auriez-vous des sources bibliographiques à me donner à cette fin ?

    je vous remercie d’avance.

    bien cordialement

  2. Bonjour, Jai regarder la vidéo également elle est très !
    Sinon j’aimerai écrire un mot également un cunéiforme mais on trouve de tout sur internet serait t’il possible d’avoir le lexique que vous utilisez ?
    Cordialement Vitali

  3. Bonjour. J’ai regardé votre video. Ce que vous appelez calame est une baguette de bois avec un bout rond et un bout carré. Puis-je savoir ce que c’est exactement et où vous vous l’êtes procuré ? Merci d’avance. En effet je souhaite faire un tel atelier avec mes élèves de cycle 1 et 2.
    Cordialement, N. Mengus

    1. Bonjour,
      Pardon pour la réponse tardive, nous venons juste de prendre connaissance de votre message.
      Il s’agit de baguettes « chinoises » que l’on trouve dans les commerces asiatiques…
      Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas pas à nous écrire à nouveau.
      Bien cordialement,

    2. Bonjour,
      Pardon pour la réponse tardive, nous venons juste de prendre connaissance de votre message.
      Il s’agit de baguettes « chinoises » que l’on trouve dans les commerces asiatiques…
      Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous écrire à nouveau.
      Bien cordialement,

  4. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *