« Free party : des mots pour dire la musique, la transe, l’émotion et la fête »

Dans le cadre du séminaire du Centre de recherche en Ethno-musicologie (CREM) et de la série « Modes d’existence et formes d’action dans l’expérience auditive » coordonnée par Victor A. Stoichita (Lesc)

Intervention de Guillaume Kosmicki « Free party : des mots pour dire la musique, la transe, l’émotion et la fête »

Lundi 30 septembre 2013 – de 15 h à 17 h

MAE
3e étage, salle 308F 

Les free parties proposent un dispositif festif original. Sans début ni fin marqués, occupant des espaces inédits et squattés (usines ou entrepôts en friche, ruines, clairières, prairies), ces événements ménagent un flux sonore constant de musique électronique assuré par les DJ et les lives qui s’y succèdent. Les musiciens n’y sont pas visibles la plupart du temps, et le plus emblématique de ces fêtes reste les grosses enceintes qui en structurent l’espace, souvent personnalisées par les sound-systems organisateurs. Les participants s’y immergent littéralement dans le son et se laissent prendre librement par la musique qu’elles diffusent, dont ils apprécient les effets qu’elle procure sur leur corps et leur esprit, la qualifiant de « mentale », « puissante », « acide », « méchante »…

Né en 1974, Guillaume Kosmicki a suivi des études de musicologie à l’université d’Aix-en-Provence. Il s’est spécialisé dans les musiques électroniques populaires, dont il a été en France un des premiers spécialistes à partir de 1995. Il a toujours ouvert ses recherches vers de nombreuses autres voies, comme la musique classique et l’opéra, ou la musique savante du XXe siècle, qu’il aborde fréquemment dans ses présentations.
Guillaume Kosmicki joue de la musique électronique live depuis 1996 sous le nom de Tournesol, en solo ou au sein du collectif Öko System, dans lequel il est guitariste, violoniste et chanteur. Il est également violoniste classique dans l’Orchestre de Chambre de Vannes.
Outre plus d’une dizaine d’articles sur les musiques électroniques et la co-direction d’un ouvrage sur le rap à Marseille, Guillaume Kosmicki a publié trois ouvrages chez Le mot et le reste (Musiques électroniques : Des avant-gardes aux dance floors, 2009, Free party : Une histoire, des histoires, 2010, Musiques savantes : DeDebussy au mur de Berlin – 1882-1962 – tome 1, 2012). Son quatrième livre chez le même éditeur paraît en mars 2014 (Musiques savantes : De Ligeti à la fin du monde, et après… 1963-2013 – tome 2).

Autres rendez-vous : 14 oct, Jouer les dieux : un panthéon musical au Bastar, Inde centrale, avec Nicolas Prévôt ; 21 oct, Terrains andins : la musique comme énergie, avec Rosalia Martinez.

Plus d’informations sur le site du CREM

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *