La décoration des pièces d’orfèvrerie-bijouterie en Méditerranée orientale à l’âge du Bronze : techniques, productions, transmissions

Soutenance de thèse de Romain Prévalet (ArScAn, équipe de Protohistoire égéenne)

Vendredi 12 avril à 14 h

Institut d’Art et d’Archéologie (3 rue Michelet, 75006 Paris), salle 106

Directeur de recherche : G. TOUCHAIS, Pr. émérite, Protohistoire égéenne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jury :

  • R. LAFFINEUR (Pré-rapporteur), Pr. émérite, Université de Liège,  Belgique.
  • G. NICOLINI (Pré-rapporteur), Pr. honoraire des Universités.
  • M. AL-MAQDISSI, ancien directeur des fouilles, chercheur à la Direction Générale des Antiquités et des Musées, Damas, Syrie.
  • P. BUTTERLIN, Pr., Proche-Orient ancien, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  • H. PROCOPIOU, MCF, Protohistoire égéenne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dès le IIIe millénaire av. J.-C., l’ornementation d’objets en or se développe parallèlement au contrôle de la production dite de prestige et à travers des échanges et des contacts au sein de la Méditerranée orientale.

L’emploi de procédés complexes, tels que la soudure et la décoration à chaud, facilite la fabrication et le rendu plastique d’œuvres composites. Ma thèse vise à l’identification et à la reconstitution des techniques de décoration fine du filigrane et de la granulation, pratiquées par les artisans à l’âge du Bronze, au Levant nord et en Crète particulièrement. Ces techniques, qui consistent à produire une ornementation de fils ronds, tors ou ouvragés et de granules sphériques à la surface de bijoux de corps ou d’objets personnels d’apparat, requièrent un savoir-faire spécifique aussi bien pour le traitement des matériaux que pour le contrôle des températures. Ce savoir-faire détermine précisément les choix techniques opérés par les artisans et l’aspect esthétique des productions. Les choix s’appliquent ainsi à la sélection des méthodes de fabrication des fils et des granules, des modes opératoires, des outils appropriés à chaque action technique ; ils se reflètent à travers la morphologie des éléments, l’uniformité des calibres, la qualité des soudures et l’état des surfaces, ainsi que sur la régularité et la disposition des motifs.

L’étude s’est essentiellement fondée sur l’observation macro- et microscopique des objets et sur l’expérimentation pour définir des critères d’identification des procédés techniques, d’une part, et caractériser le savoir-faire des artisans, d’autre part. Ainsi, les chaînes opératoires ont pu être reconstituées, les gestes spécifiés et des « mains » reconnues. De manière générale, il a été démontré qu’une bonne pratique artisanale, reposant sur une longue expérience de travail du métal précieux, conduisait à la maîtrise des procédés ainsi qu’à la recherche d’efficacité et de perfectionnement technique. La production des pièces d’orfèvrerie-bijouterie s’accompagne d’expressions socio-culturelles, qui s’inscrivent à partir de la fin du IIIe millénaire dans une koinè de Méditerranée orientale. Par la richesse des formes et des styles et par le caractère spécialisé des compétences et des savoir-faire nécessaires à leur mise en œuvre, le filigrane et la granulation offrent aux individus ayant un accès contrôlé au métal un support à la construction identitaire et à l’établissement de la hiérarchie sociale. De même, l’emploi de ces techniques, seules ou associées aux techniques de décoration par incrustation, constitue un média propre à la diffusion d’images, de savoirs et de messages chargés de connotations symboliques, mis en valeur au cours de processions de différentes natures (cérémonielle, rituelle, mortuaire) et exprimant peut-être un système de pensée et de croyance (cosmique, religieux ?).

Grâce à la démarche expérimentale et à des référentiels ethnographiques, il a également été possible d’appréhender le travail à l’atelier, l’organisation de son espace et l’outillage nécessaire pour produire des pièces uniques ou en série. La recherche a ainsi permis d’envisager avec plus de probabilité l’hypothèse d’un « atelier mobile », itinérant, ne nécessitant pas d’aménagement particulier et adaptable à son environnement social et naturel. Un modèle de trousse à outils, qui constitue l’essentiel de la panoplie de l’orfèvre-bijoutier protohistorique, a été reconstitué pour la fabrication expérimentale des pièces filigranées et granulées. De plus, la réflexion établie à l’atelier, confrontée aux données des archives orientales et égéennes, a aussi conduit à tracer des pistes visant à restituer les formes d’apprentissage des compétences du travail de l’or et de transmission des savoir-faire à différentes échelles territoriales. Ce dernier point suscite un intérêt particulier, car les orfèvres-bijoutiers, comme d’autres artisans spécialisés, ont joué un rôle majeur dans la diffusion des savoirs en Méditerranée orientale, ce qui a entraîné la création d’objets hybrides aux influences artistiques levantines, crétoises, égyptiennes, mycéniennes… Mais l’étude technique a aussi montré que l’apparition des techniques de filigrane et de granulation au Levant nord et en Crète pouvait résulter d’une création locale, indépendante ou stimulée, et que leur diffusion n’empruntait pas une voie unique ni une direction unilatérale. Ainsi, des éventuelles zones de production-diffusion de ces techniques ont été identifiées au Levant nord, à Byblos et Ebla au Bronze moyen, où apparaissent deux traditions distinctes de l’emploi de la décoration fine, puis à Alalakh et Ougarit sans doute, où une influence égéenne est visible aux XV-XIIIe siècle. En Crète, le foyer d’apparition du filigrane et de la granulation prend place dans la plaine de la Messara au cours du dernier quart du IIIe millénaire. Avec l’établissement du système palatial, les techniques se développent à Malia, où elles restent isolées et présentent des liens avec le Levant, notamment avec Byblos. Mais la production se généralise en Crète à la période néopalatiale au nord de l’île, à Cnossos et dans les ateliers environnants. La région va demeurer un centre de production de bijouterie fine jusqu’à la fin du système palatial, période à laquelle l’influence mycénienne est forte. Ces hypothèses indiquent donc que les foyers de productions se sont déplacés et que les réseaux d’échanges auxquels prenaient part les artisans se sont renouvelés au cours de l’âge du Bronze.

La question de l’invention technique et de sa diffusion est donc débattue ici en replaçant dans un cadre spatio-temporel plus large l’évolution de ces techniques de décoration de l’or, phénomène trop complexe pour être saisi seulement dans une partie du Proche-Orient ou de l’Égée. Au contraire, la caractérisation artisanale de chaque objet examiné a permis de dégager des tendances, qui définissent l’importance et la place des « ateliers », levantins comme crétois, dans le développement des techniques de l’artisanat de l’or en Méditerranée orientale protohistorique.

Goldwork decoration has been developed since the 3rd millennium BC, simultaneously with the control over the production of prestigious items, and through exchange networks and contacts within the Eastern Mediterranean.

The use of complex processes such as the soldering and decoration using heat facilitate the production and enable the plasticity of composite items. My dissertation aims to identify and reconstruct the techniques of fine decoration as filigree and granulation that were employed throughout the Bronze Age by craftsmen namely in Northern Levant and Crete. Both techniques were employed to adorn surfaces of bodily jewelry and personal prestige items by addition of round, twisted, and decorated wires or spherical granules. The specific know-how which was required for the treatment of materials as well as the control of temperatures, determined technical choices made by craftsmen, as well as the aesthetics of the products. Thus, the choices influenced the selection of processes used for the realization of wires and granules, the sequences of technical operations, and the appropriate tools. Morphology of the elements, uniformity of their thickness, qualities of soldering and topography of the surface depended to these choices, as well as the regularity and the arrangement of the ornamentation.

My research is mainly based on macro- and microscopic investigation of gold artifacts and through experimental work I made in order to define the identification evidences of the technical processes, and the characterization of the craftsmen’s know-how. In addition, the chaînes opératoires might be also reconstructed in order to specify the movement of the body and recognize “the hands”. In general, a good practice of the craft activities that is established on a long practice of precious metallurgy led to the control of manufacturing processes and to improve efficacy and technical performance. Socio-cultural patterns were highlighted through the production of golden items and involved in an Eastern Mediterranean koinè since the end of the 3rd millennium. Filigree and granulation present a diversity of shapes aspects, stylistic features, and require specialized technological competences and know-how, which participate on the construction of identities and underlie social boundaries. When these both techniques are employed alone or associated with inlaying techniques, they might represent an appropriate media for images and knowledge diffusion, and for symbolic meaning displayed during distinctive processions (ceremonial, ritual, and mortuary). Ideological expressions might have reflected a system of thoughts and beliefs (cosmic, religious?).

On the other hand, the experimental approach and ethnographic data have lead me to explore the workshop’s organization: how was it fitted out the work space and what were the tools of the filigree and granulation the experts has used to produce unique or similar items. More probability has been done to the existence of a “movable workshop”, itinerant, transportable without any particular setting and adaptable to the social and natural environment. A model of the ancient jeweler tools’ kit had been restituted in order to establish experimental reconstruction of filigree and granulated objects. The experimental work and the data issued from Near East and Aegean archives help me to suggest assumptions about the means of apprenticeship of technological gold knowledge and the modalities of practices transfer over the different geographic scales. Gold worker-jeweller, like other specialized craftsmen, had a major role in the spreading of knowledge in that connected region, which had provoked the creation of hybrid objects with artistic influences such as Levantine, Minoan, Egyptian, and Mycenaean…But the analysis has also insight into the importance of discussing the possibility of local creation – independently or by external stimulation – resulting to the apparition of filigree and granulation techniques in Northern Levant and Crete. Then, I show that the diffusion of these techniques should not have to be considered in a single way nor one-sided direction. I identify several area of production-diffusion of the filigree and granulation. In northern Levant, Byblos and Ebla are two Middle Bronze Age center with two distinctive uses of the gold decoration techniques whereas Alalakh and Ugarit seems represent two others with Aegean influences between the 15th-13th centuries BC. In Crete, the place of apparition of the two techniques is located in the region of the Plain of Messara during the last quarter of the 3rd millennium BC. Then, they are associated at Malia simultaneously with the establishment of the palatial system; they present some influences with the Levant – from Byblos – but will remain isolated before emerging the neopalatial period. Filigree and granulation began to expand from Cnossos and the workshop located in its region, which have constituted a major center for the production of fine jewelry until the end of the palatial period when Mycenaean influence is important. Thus I may conclude that the centers of production have moved and the exchange networks the craftsmen were involved have changed during the Bronze Age. Here, the theoretical issues of technological invention and diffusion are dealing with the evolution of gold decoration techniques into a more global space-time framework. These issues are so complex that they could not be discussed only in a part of the Near East or the Aegean. At the contrary, craftsmanship features of each item I have examined offer the possibility to draw tendances which characterize the function of the Levantine and Cretan “workshops” enrolled in the spreading of the goldwork techniques in Prehistoric Eastern Mediterranean.


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

More Posts

Une réflexion au sujet de « La décoration des pièces d’orfèvrerie-bijouterie en Méditerranée orientale à l’âge du Bronze : techniques, productions, transmissions »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *